5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 06:51

Après une arrivée mouvementée à la gare routière, l'installation dans un hôtel, il ne manque plus qu'une paire de vélos pour profiter pleinement des environs. Les sites principaux d'Angkor attendront le lendemain, cette première journée à Siem Reap sera consacrée à une exploration de la campagne au sud de la ville.

Siemp Reap
Siemp Reap
Siemp Reap
Siemp Reap
Siemp Reap

Le ticket d'entrée pour Angkor, que l'on vient de se procurer pour les trois prochains jours, nous permet de nous rendre sur le site le soir même. L'occasion d'aller manger un bout à Angkor Vat sous les derniers rayons du soleil.

Siemp Reap
Et de se faire braquer un sachet de sauce coco par un singe peu sympathique.

Et de se faire braquer un sachet de sauce coco par un singe peu sympathique.

Siemp Reap
Siemp Reap

La lumière baisse, on est parmi les derniers touristes à quitter l'enceinte.

On aura tout notre temps pour parcourir les différents sites demain et les jours suivants.

Mais rien qu'avec ce bref aperçu, surtout l'arrivée le long des douves et la découverte de la grande entrée, je suis déjà charmé.

C'est assez compliqué de mettre des mots sur la sensation que j'ai pu ressentir à cet instant précis.

Alors, plutôt que de vous parler du frisson qui m'a parcouru l'échine, du coeur qui se met d'un coup à battre plus vite, du sourire béat qui a dû s'étaler sur mon visage, je préfère laisser le mot de la fin à quelqu'un qui saura être moins gnangnan :

" Les idées que les ruines éveillent en moi sont grandes. Tout s’anéantit, tout périt, tout passe. Il n’y a que le monde qui reste. Il n’y a que le temps qui dure. Qu’il est vieux ce monde ! Je marche entre deux éternités. De quelque part que je jette les yeux, les objets qui m’entourent m’annoncent une fin et me résignent à celle qui m’attend. Qu’est-ce que mon existence éphémère, en comparaison de celle de ce rocher qui s’affaisse, de ce vallon qui se creuse, de cette forêt qui chancelle, de ces masses suspendues au-dessus de ma tête et qui s’ébranlent ? Je vois le marbre des tombeaux tomber en poussière ; et je ne veux pas mourir ! "

Ruines et Paysages de Denis Diderot

Partager cet article

Repost 0
Published by nestorpoulpo - dans voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Catégories