4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 12:07


Commençons enfin cette troisième journée par une photo prise en chemin vers la gare d'Akihabara pour prendre le train en direction de Kamakura.

On comprend mieux pourquoi les rues sont aussi propres (au point de faire passer un trottoir suisse pour un dépotoir, ou presque), au Japon chacun balaie devant sa porte.
Il est d'ailleurs curieux constater une telle propreté quand on la met en rapport avec le nombre de poubelles publiques à disposition des passants (je me suis parfois vu en chercher une pendant quelques temps avant de faire comme tout le monde et de remballer le tout dans mon sac).
Quand on compare avec paris et ses rues bordées de poubelles mais aussi jonchées de détritus et autres crottes de clebs, on est bien obligé de constater que la propreté d'une ville est plus fonction du civisme de ses habitants que d'autre chose.


Dans les ruelles de Kamakura, petite ville (à l'échelle du Japon, soit quand même plus de 150 000 habitants) située sur la coté pacifique à 50 km du sud de Tokyo.
Après deux jours passés à la capitale il était plus que temps de prendre un peu l'air, et de faire enfin mon vrai touriste en allant visiter cette ancienne capitale Shogunale (lieu de résidence du shogun et donc place du pouvoir militaire et politique en opposition à Kyoto capitale impériale).

Il s'agissait à l'origine d'une simple bourgade quand, en 1192, le 1er shogun, Minamoto no Yoritomo, décida d'y établir la capitale pour des raisons stratégiques. Elle le restera jusqu'en 1333 et donnera son nom à l'une des subdivisions du temps historique japonais, à savoir la période Kamakura.

Il s'agit aujourd'hui d'une jolie ville côtière un peu bourgeoise, entourée de collines qui encerclent un baie et dans laquelle il fait bon se promener.


Le passage obligé pour tout touriste se rendant à Kamakura, le grand Bouddha de bronze représentant Amida (Amitabha) trônant au milieu des pruniers.
Construit au milieu du 13ème siècle, il était à l'origine protégé par un bâtiment détruit et jamais reconstruit.


Le Bouddha vu de dos. Vous remarquerez deux ouvertures ressemblant à des fenêtres ainsi qu'une file d'attente.
Vous l'aurez peut être déjà compris, la statue est creuse et il est possible de se rendre à l'intérieur.


Les sandales de paille du Bouddha dans lesquelles certains touristes fichent des pièces de monnaie pour attirer la bonne fortune.
Au cas ou il lui prendrait l'envie d'aller boire une petite mousse peut être.


Quand je disais que c'était le point de passage obligé pour les touristes, c'était pas pour rigoler.


Après le grand Bouddha et son flot de visiteurs j'ai eu comme une envie de calme et me suis donc rendu dans un petit temple à flanc de colline.
Je n'y ai croisé personne à part un couple de petits vieux qui devait certainement se demander ce qu'un touriste était venu faire là.
C'était aussi la première fois que je tombais nez à nez avec cette magnifique espèce d'araignée.
Comme celle-ci, que j'avais dénichée dans le cimeterre flanquant le temple, était de fort beau gabarit (2cm de long sans les pattes), je l'ai mitraillée comme il se doit.


Un impressionnant alignement de statuettes du bodhisattvas Jizô (地蔵) dans l'enceinte du temple Hase-kannon.


Une jeune femme arrose la tête d'une statue de Jizô.


La baie de Kamakura, vue du haut du temple Hase Kannon.


La même en vidéo.


Au pied d'un sanctuaire Shintô en lisière de forêt.
L'oiseau que vous voyez est un milan, très courants du coté de Kamakura, j'en ai aussi croisé pas mal vers Kyôto.


Oui vous pouvez aussi vous déplacer à travers la ville de cette manière, pour ma part j'ai préféré mes pieds.
Même si louer un vélo n'aurait sans doute permis de voir plus de choses dans la journée, je ne regrette absolument pas ma petite promenade.


En fin d'après-midi, un jeune couple regardant la mer.


Crépuscule sur la baie Kamakura.


En remontant le long de la rivière depuis la plage.


Un peu plus loin le long de la même rivière.
Au premier plan, quelques carpes.
Un peu plus loin, au bout de la corniche, un gamin pêche à la ligne.


Ceci est un scoop, Totoro est un dangereux dendrophile.

Vu en devanture d'une boutique de goodies Ghibli (dans laquelle je voulais tout acheter ou presque, même si j'avais pas un kopek).


Dans l'enceinte du temple Hachimangu.


De retour à la capitale après ma longue journée de marche à Kamakura, je croise un tas de chats qui ont élu domicile dans la cour d'un sanctuaire. Vous n'en voyez que 6 sur cette photo mais ils étaient au moins une quinzaine en tout.

Un petit air de Zelda Twilight princess qui m'a aussitôt fait penser
"C'est trop cool, le Japon c'est comme Zelda mais en mieux"
Que voulez vous, on a les références qu'on peut.


Toujours en chemin vers l'auberge de jeunesse.
Je tombe nez à nez avec LE TAG de Tokyo. Je n'ai peut être pas assez trainé dans les coins appropriés mais c'est réellement le seul aperçu en plus de 4 jours de balade dans la ville.

On boucle enfin la troisième journée, en trois mois quand même. Et encore je vous en ai épargné une bonne partie.

Partager cet article

Repost 0
Published by nestorpoulpo - dans voyage
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Pages

Catégories