9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 21:09

 

Un sondage fumeux (pléonasme inside) nous prédit le pire. Un frisson parcourt la classe politique et médiatique qui, visiblement, adore se faire peur et débattre dans le vent. Ca donne entre-autres, ce genre de choses. Chantal Brunel, députée UMP, se lâche devant les caméras de télé. Et elle a raison, il ne faut pas avoir peur d'assumer ses idées. J'encourage donc fortement Chantal à aller jusqu'au bout de sa démarche et à prendre sa carte au FN.  

 

Ah, excusez-moi, on me signale dans l'oreillette que ça ne va pas être possible car même Marine Le Pen désapprouverait ces propos. Alors ça c'est courageux, bien joué Marine, prendre ainsi le contrepied total en condamnant la déclaration de la députée, alors que tout le monde attendait un message convenu du type :

"C'est bien la preuve que nos idées progressent, puisque même un membre de la majorité admet que leur ça ne peut plus durer ainsi. Malheureusement le gouvernement n'aura jamais le courage politique de mettre en place les mesures qui conviennent".

 

Pardon une nouvelle fois, ce titre était juste une bonne blague du Parisien, puisqu'on découvre dans l'article que le désaveu de Marine Le Pen porte sur le verbe remettre (remettons-les dans les bateaux). Ben oui, pour les y remettre, il faut au préalable qu'ils en soient descendus, ce qui est hors de question. Je cite Marine Le Pen :

"Il faut les empêcher de débarquer sur notre territoire sinon ils risqueraient de s'évanouir dans la nature. La France est la destination préférée des migrants, il s'agit ainsi de couper les pompes aspirantes. Il n'y a rien de plus facile que de faire du compassionnel, de l'humanitaire"

 

Même rhétorique donc pour les deux femmes politiques, la France va mal, c'est à cause de l'immigration subie. La solution renvoyer les étrangers en Etrangie. Une légère différence de méthode cependant.

- Pour la Brunel, il faut les traquer, les mettre dans des bateaux et bon vent. Leurs droits ? On s'en balance, après tout pourquoi s'embarrasser de ces considérations. On a bien dégagé des Roms qui étaient pourtant citoyens européens, on ne va pas commencer à pleurnicher pour les droits des Africains arrivés clandestinement.

- Pour la blondasse, s'ils sont déjà chez nous c'est que c'est un échec, il faut absolument éviter d'en arriver là. La solution, envoyer des militaires pour stopper l'invasion en arraisonnant les navires chargés de clandestins directement en pleine mer et les repoussant (comme les Sarasins).

 

Si on met de côté l'aspect dramatique, à savoir le fait que des personnes se retrouvent dans de telles situations qu'elles ne voient pas d'autre alternative que de quitter leurs familles et leurs pays, d'investir toutes leurs économies et celles de leurs familles pour se lancer dans un voyage périlleux vers l'Europe afin d'y trouver un travail (à lire absolument Billal sur la route des clandestins), il nous reste le côté comique de l'histoire. Quelques agités en quête d'électorat bas du front qui instrumentalisent cette misère pour faire croire qu'il n'y a pas de pire danger pour notre économie (alors même que les travailleurs immigrés rapportent chaque année plusieurs milliards aux caisses de l'Etat, qu'on leur réserve les pires emplois de merde dont plus aucun français ne veut et que le patronat est plus que ravi d'avoir une main d'oeuvre aussi docile) et qui par leurs propos xénophobes et protectionnistes finissent presque par nous donner l'impression que les côtes françaises, de Nice à Perpignan, crouleraient sous les débarquements d'immigrés clandestins.

 

med.jpgEt vous, si vous deviez risquer votre vie en traversant la Méditerrannée, entassés à 50 sur une barque ou un zodiaque, vous opteriez pour quelle voie ?

 

 

Rien à voir, mais pendant ce temps, l'escroc préféré des Français échappe encore une fois à la justice, mais sans oublier de faire passer par ses relais médiatiques le message suivant :

Chirac a été très déçu du report du procès, il voulait y aller et se soumettre à la justice comme n'importe quel français. Il avait hâte que cela se termine.

Quand on connait tous les efforts qui ont été produits depuis des années pour faire trainer les choses le plus longtemps possible, on se dit qu'il mérite plus que jamais sa caricature de l'époque de Super-menteur.

Partager cet article

Repost 0
Published by nestorpoulpo - dans politique
commenter cet article

commentaires

Julio 12/03/2011 08:13


fais gaffe tu vas virer à gauche


Présentation

Recherche

Pages

Catégories